La mesure de la lumière.

La mesure de la lumière

Les appareils photo modernes ont des automatismes qui s'occupent de mesurer la lumière et d'effectuer les réglages en conséquence.

Rien n'interdit cependant de savoir faire une mesure de lumière manuellement et cela peut rendre de grands services dans les cas "difficiles".

 

Avec quoi mesure-t-on la lumière ?

On mesure la lumière avec un posemètre (plus simplement appelé "cellule") ou avec un flash-mètre. Pour mesurer la lumière ambiante, tous les types de cellules feront l'affaire mais pour mesurer la lumière d'un flash il faut obligatoirement un flash-mètre, c'est à dire une cellule capable de réagir très rapidement et de synchroniser la mesure sur l'éclair du flash.

De nombreux fabricants proposent ce matériel, à des prix très variables.

Flashmètre Sekonic Flashmètre Kenko Flashmètre Gossen

 

Mesure de lumière incidente ou de la lumière réfléchie.

Mesure de lumière incidente

Mesure de la lumière incidente

La cellule est placée placée le plus près possible du sujet et dirigée vers la source (la lampe, le flash, le soleil, etc.), Cette technique est précise. C'est celle qui est généralement utilisée en studio. Mais en extérieur elle n'est pas toujours facile à mettre en œuvre.

Mesure de lumière réfléchie

Mesure de la lumière réfléchie

La cellule est placée au niveau de l'appareil photo et est dirigée vers le sujet. On mesure donc la lumière qui est renvoyée par ce dernier. On préférera cette méthode en extérieur lorsque la lumière n'a pas de provenance bien précise, comme c'est le cas par temps couvert par exemple.

Les cellules des appareils photos mesurent bien sûr la lumière réfléchie.

 

La plupart des cellules permettent les deux types de mesures. Le choix sera donc fait en fonction d'autres critères. Mais voici quelques cas de figure classiques.

Mesure de la lumière incidente Mesure de la lumière réfléchie

Pas de cellule disponible.
C'est finalement le cas le plus courant pour les photos en extérieur. Dans ce cas, on utilisera donc la cellule de l'appareil photo, que ce soit en mode manuel ou en mode automatique.

X

Le sujet n'est pas accessible (voir les exemples ci-dessous).
Il est donc impossible de placer la cellule au niveau du sujet.

X

La source de lumière n'est pas précise.
C'est le cas d'un paysage brumeux ou sous un ciel nuageux.

X

Travail en studio.
La mesure de la lumière incidente est plus précise.

X
Mesure de lumière réfléchie
Dans le cas d'un paysage, la mesure en lumière réfléchie est souvent la seule possible.
Mesure de lumière réfléchie
Dans cet exemple, on voit mal le photographe s'approcher du sujet avec sa cellule.
Mesure de lumière réfléchie
Lorsque le sujet est mobile, il n'est pas possible non plus de faire une mesure de lumière incidente.

Comment utiliser une cellule ?

Une petite expérience en lumière réfléchie.

Nous vous proposons de réaliser cette petite expérience avec votre appareil photo reflex. Vous aurez besoin d'une surface blanche et d'une surface noire. Si vous avez accès à un studio, les fonds noir et blanc feront très bien l'affaire. Sinon essayez de trouver un mur blanc, un tableau noir de classe, etc.

En comparant les deux photos vous serez peut-être surpris de constater qu'elles sont pratiquement identiques : elles montrent toutes deux une surface grise. Les histogrammes sont également très semblables et montrent un pic au milieu, c'est à dire dans la zone du gris.

Histogramme de la photo blanche
Histogramme de la photo blanche
Histogramme de la photo noire
Histogramme de la photo noire

Comment expliquer ça ?

Il faut d'abord expliquer comment "raisonne" votre appareil photo. En principe les photos que vous faites habituellement comportent des zones claires (le ciel, l'eau, etc.) et des zones sombres (en dessous des arbres, le sol, etc.) l'appareil effectue une moyenne de ces luminosités et calcule les paramètres de réglages pour que cette moyenne soit au milieu de l'histogramme. Ce qui, pour une photo "normale" est un bon choix.

Mais dans le cas d'une photo toute blanche, la moyenne correspond à la luminosité du blanc. Les paramètres calculés par l'appareil vont donc placer ce blanc au milieu de l'histogramme, c'est à dire sur du gris. Et bien sûr il se passe la même chose pour la photo noire.

Cette petite expérience montre que la mesure de lumière réfléchie est fortement influencée par la couleur du sujet. Si vous disposez d'une cellule, effectuez une mesure de la lumière incidente, réglez votre appareil en mode manuel et reportez les réglages calculées par votre cellule. Vous obtiendrez cette fois-ci une photo blanche et une photo noire : la mesure de lumière incidente n'est pas perturbée par la couleur du sujet.

 

Réactions des internautes.

Fa Delorme
Fa Delorme Un article qui explique de façon claire les avantages de la mesure en lumière incidente.
Il faudrait peut être ajouter la limite imposée par la vitesse de synchro flash propre à chaque boîtier dans le cas d'utilisation d'un flashmètre.

La loi européenne sur les cookies nous oblige à informer nos visiteurs que, comme la plupart des sites internet, nous utilisons des cookies et traceurs. En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'infos.