Parlons des ombres.

Sans lumière, pas de photographie. Sans lumière, pas d'ombres. Ces trois notions sont donc intimement liées. Le photographe se doit de savoir observer les ombres afin de, soit les éliminer, soit les utiliser à son profit. Ce mini tutoriel vous apprendra à observer et utiliser les ombres pour améliorer vos portraits.

Le corps humain a une forme complexe. Le visage en particulier, avec son nez, le creux des orbites, la bouche et le menton est particulièrement torturé. Sur ces formes complexes, la lumière et les ombres peuvent rendre quelque chose de très harmonieux ou au contraire de très inesthétique.

C'est le rôle du photographe d'observer la lumière.

La personne photographiée ne peut pas se rendre compte qu'une main ou une mèche de cheveux projette une ombre sur son visage. Le photographe, s'il prête attention à ces problèmes, est mieux placé pour les voir et les corriger. Il suffit souvent de demander à la personne que l'on photographie de tourner un peu la tête ou de baisser sa main pour résoudre un problème d'ombre. En studio, il est facile en plus de déplacer les sources de lumière.

Deux catégories d'ombres.

On peut classer les ombres en deux catégories : les ombres portées et les ombres de forme. Les ombres portées sont celles qu'un objet (ou une partie du sujet) projette sur un autre objet. Le nez est particulièrement doué pour créer ce genre d'ombres mais les mèches de cheveux se débrouillent pas mal non plus. Une main levée à hauteur du visage crée également une ombre portée. Les ombres de ce type doivent être positionnées avec précision, ou même éliminées lorsque c'est possible.

Les ombres de forme sont dues à la courbure d'une forme, qui fait que l'un des cotés est moins éclairé que l'autre. Les ombres de ce deuxième type sont utiles au photographe : ce sont elles qui créent l'impression de volume sur une photo qui par définition est en deux dimensions.

 

Ombres de forme et ombres portées

Portrait d'Anna, sur lequel on distingue
les ombres portées et les ombres de forme.

Sur le portrait de Anna, les ombres portées ont bien été gérées : L'ombre du nez est petite et placée de façon naturelle ; L'ombre du collier et celle des cheveux contribuent à donner du relief. Quant aux ombres de forme, elles sont douces et dessinent bien la forme du visage et de la poitrine. L'arrondi du bras est également perceptible grâce aux ombres de forme.

 

Photo Claude Delorme

On a dit plus haut qu'il fallait limiter les ombres portées. Pourtant, avec un peu d'imagination et l'inspiration de Helmut Newton, mon ami Claude (voir sa galerie sur Flickr) a su tirer profit d'une ombre portée et réaliser une photo très originale.

 

 

La photo inspiratrice, de Helmut Newton :

Helmut Newton

La loi européenne sur les cookies nous oblige à informer nos visiteurs que, comme la plupart des sites internet, nous utilisons des cookies et traceurs. En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'infos.