Comment fonctionne un appareil photo réflex ?

Les appareils photo dits « réflex » sont tous constitués de la même façon. Leur principale caractéristique est de permettre la visée à travers l'objectif. Autrement dit, quand le photographe cadre sa photo, il voit exactement l'image telle qu'elle arrivera sur le capteur, sans erreur de parallaxe, et en prenant en compte tous les accessoires qui sont montés à ce moment : filtres en particulier. On parle parfois de SLR (Single Lens Reflex) pour caractériser ces appareils.

Cette construction permet également de changer l'objectif tout en conservant une visée identique à la photo finale. Ces avantages supposent une complication assez importante du mécanisme : il faut dévier la lumière vers le viseur pendant que le photographe cadre son image, et la diriger vers le capteur au moment de faire la photo.

Cet aiguillage de lumière est le rôle du miroir. Au repos il dirige la lumière vers le viseur. Quand on appuie sur le déclencheur il se relève pour laisser la lumière atteindre le capteur ou la pellicule.

 

Appareil photo réflex
Constitution interne d'un appareil photo de type réflex

 

  1. L'objectif et ses lentilles.
    Encore appelée "optique", ce composant joue un rôle essentiel. Sa qualité influence directement la qualité des photos.
  2. Le diaphragme.
    Il est composé de lamelles articulées qui permettent de régler la taille de l'orifice tout en conservant une forme le plus circulaire possible. Le diaphragme permet donc de doser la quantité de lumière qui entre par l'objectif.
     
    Diaphragme F/4 Diaphragme F/8 Diaphragme F/16
    Ouverture F/4 Ouverture F/8 Ouverture F/16
  3. Le miroir.
    Pendant la visée, il renvoie la lumière vers le prisme et de là, vers le viseur. Il se relève quand on appuie sur le déclencheur pour laisser la lumière atteindre le capteur situé derrière lui.
  4. L'obturateur.
    L'obturateur s'ouvre pendant un temps bien précis pour laisser la lumière atteindre le capteur. Le temps d'ouverture détermine également la quantité de lumière qui atteint le capteur.
  5. Le capteur ou la pellicule.
    Que ce soit le capteur sur un appareil numérique ou la pellicule (le film) sur un appareil argentique, le rôle est le même : mémoriser l'image.
  6. Le prisme.
    Bloc de verre qui renvoie la lumière vers le viseur. Le prisme n'est utile que pendant la visée (le cadrage).
  7. Le viseur.
    On y applique son œil pour "voir" la future photo et peaufiner le cadrage. On parle ici d'un viseur optique. A contrario, les écrans situés au dos de l'appareil sont des viseurs numériques. Ils peuvent également servir pour cadrer la photo mais le viseur optique offre quand même des avantages :
    • Le temps de réaction est immédiat.
    • Le viseur optique est meilleur dans les cas de luminosités extrêmes, que ce soit en ambiance sombre (nuit, intérieur...) ou au contraire en plein soleil.
    • Le viseur optique n'émet pas de lumière. Lorsque la discrétion est nécessaire, c'est un avantage certain.

Que se passe-t-il quand on appuie sur le déclencheur ?

Tout semble très rapide mais votre appareil photo réflex enchaîne de nombreuses opérations lorsque vous appuyez sur le déclencheur.

  • Réglage de la mise au point (1).
  • Calcul des paramètres d'exposition (2).
  • Fermeture du diaphragme en fonction de la valeur calculée ci-dessus (3).
  • Relevage du miroir. La lumière n'est donc plus dirigée vers le viseur mais vers le capteur.
  • Ouverture de l'obturateur.
  • Déclenchement du flash (éventuellement).
  • Fermeture de l'obturateur, après le temps de pose déterminé précédemment.
  • Abaissement du miroir.
  • Enregistrement sur la carte mémoire (4).

 

(1) Le réglage de la mise au point est une opération mécanique qui suppose de déplacer des lentilles ou des groupes de lentilles à l'intérieur de l'objectif. Autrement dit c'est une opération assez longue.

(2) Une cellule, intégrée à l'appareil, effectue une mesure de la lumière. Le programme interne calcule alors les paramètres de prise de vue, essentiellement le temps de pose (vitesse) et l'ouverture en fonction de l'intensité lumineuse mesurée par la cellule.

(3) Au repos le diaphragme est toujours ouvert au maximum afin de permettre une visée avec la lumière maximale.

(4) Si l'enregistrement se fait en format JPG, il y a, en plus, une phase de conversion et de traitement de l'image.

 

Cet enchaînement d'opérations peut être différent suivant les réglages de l'appareil : mode automatique ou mode manuel, déclenchement du flash sur le second rideau, mise au point continue, option miroir levé, etc.

Le principe même du réflex suppose des mécanismes complexes et donc chers. Plusieurs constructeurs cherchent des solutions alternatives qui permettraient des fabrications plus simples. Citons par exemple les miroirs semi-transparents de Sony. Mais pour l'instant les appareils photo réflex semblent avoir encore de beaux jours devant eux.

La loi européenne sur les cookies nous oblige à informer nos visiteurs que, comme la plupart des sites internet, nous utilisons des cookies et traceurs. En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'infos.