Tutoriel : la dérawtisation
  Les formats des fichiers image.

L'opération de dérawtisation transforme un fichier RAW (produit directement par le capteur d'un appareil photo numérique) en un fichier JPG ou TIF. Faisons d'abord un peu le point sur ces différents formats de fichier.

Le format RAW.

Les capteurs d'appareils photo numériques (APN) délivrent tous un fichier dans un format appelé RAW. Malheureusement ce format est tout sauf normalisé : tous les constructeurs ont le leur(s) variante(s). Il y a même des différences entre les appareils d'une même marque.

Le terme RAW est donc un terme générique qui désigne un fichier issu d'un capteur, mais qui recouvre de nombreux formats différents. La plupart des fabricants utilisent d'ailleurs une extension de fichier différente : NEF chez Nikon, CRW chez Canon, etc.

Citons aussi le format DNG (Digital NeGative), défini par Adobe, et dont la spécification est publique, contrairement aux formats des constructeurs. L'intérêt de ce format serait bien sûr de simplifier le traitement des fichiers par les logiciels : il y aurait un seul format à traiter au lieu de la multitude existant actuellement. Mais bien peu de constructeurs d'appareils ont adopté ce format à l'heure actuelle : citons Hasselblad, Leica, Pentax, Samsung et quelques autres.

Le format JPG ou JPEG.

Ce format est totalement standard et reconnu par tous les logiciels de traitement d'images et par tous les systèmes d'impression. C'est également le format préférentiel pour la publication des photos sur les sites Internet.

Il est malheureusement destructeur, c'est à dire que chaque enregistrement dans ce format provoque une altération de l'image. Cela s'explique par le fait qu'on a souhaité réduire la taille des fichiers, en particulier pour permettre leur diffusion par Internet. Le facteur de compression est ajustable, ce qui permet, en acceptant des fichiers plus gros, de limiter l'altération de l'image à un niveau imperceptible.

Le format TIF ou TIFF.

Il est également très standard. Par rapport au JPG, il présente l'avantage de ne pas altérer les images mais (et c'est une conséquence) donne des fichiers beaucoup plus volumineux. Pour cette raison il est peu employé sur les sites internet. On peut l'utiliser pour conserver des images traitées en vue de leur impression par exemple.

La loi européenne sur les cookies nous oblige à informer nos visiteurs que, comme la plupart des sites internet, nous utilisons des cookies et traceurs. En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'infos.