Pour en finir avec la règle des tiers.

Cadrage d'une photo suivant la règle des tiers

Ce titre un peu provocateur introduit un article qui vise surtout à faire le point sur cette fameuse règle des tiers.

Cette dernière est si mal décrite par de nombreux tutoriels et même par des revues d'initiation, que beaucoup de photographes débutants en retiennent qu'il faut décentrer le sujet. Ce qui donne des images déséquilibrées et dans les cas les plus graves, le sujet a même perdu son identité de sujet au profit d'un vide qui occupe le centre de l'image.

Or, on ne décentre pas le sujet, tout au moins pas sans une raison valable.

Il est bon de savoir également que, si la règle des tiers est souvent invoquée, il existe de nombreuses autres règles, et que chacune d'elles correspond à une intention. Le photographe devra donc choisir, parmi toutes ces règles de composition, celle qui correspond le mieux à ce qu'il veut dire ou montrer dans son image.

Il n'y a rien de pire que l'application systématique d'une règle, sans réflexion au cas par cas.

Que dit la règle des tiers ?

La règle des tiers dit qu'il est conseillé de placer les lignes principales de l'image non pas au milieu de celle-ci mais sur un tiers. Cette division de l'image en tiers existe aussi bien dans le sens vertical que horizontal.

Par exemple, dans le cas d'un paysage, il s'agira de placer la ligne d'horizon sur la ligne de tiers supérieur ou inférieur de l'image. Le photographe devra donc faire le choix de donner plus d'importance au ciel ou de montrer davantage le sol.

Règle des tiers - Division horizontale de l'image     Règle des tiers - Division verticale de l'image

Quelques exemples pratiques d'application de la règle des tiers.

Viaduc de Pélussin (Loire) - Photo par Alain Pré Viaduc de Pélussin (Loire) - Photo par Alain Pré

Le viaduc de Pélussin, dans la Loire
Le cadrage de la photo ci-dessus ne respecte pas la règle des tiers : la ligne d'horizon a été placée à mi-hauteur de l'image.

Viaduc de Pélussin (Loire) - Photo par Alain Pré Viaduc de Pélussin (Loire) - Photo par Alain Pré

Cet autre cadrage est conforme à la règle des tiers : l'horizon est sur le tiers haut de l'image.
Le ciel, qui ne constitue pas le centre d'intérêt de cette image, se trouve réduit au profil du sol qui lui est riche en détails.

Portrait composé suivant la règle des tiers (photo par Alain Pré) Portrait composé suivant la règle des tiers (photo par Alain Pré)

Julie mangeant une pomme (Workshop février 2014)

Sur le portrait de gauche, le visage du modèle a été placé à peu près au milieu de l'image, tandis que sur celui de droite le visage est beaucoup plus proche du tiers supérieur. Cette deuxième image est plus équilibrée : il y a moins de place perdue au dessus du portrait.

Les points forts de l'image : là où ça se gâte.

Grille de la règle des tiers

Les intersections des lignes de tiers sont ce que l'on appelle les points forts de l'image.

Puisqu'il est recommandé de caler les lignes de l'image sur les lignes de tiers, on pourrait en déduire qu'il est encore plus recommandé de placer le sujet à l'intersection d'une ligne de tiers verticale et d'une ligne de tiers horizontale, autrement dit sur un des points forts.

C'est là qu'est l'erreur : le sujet se centre horizontalement. Un point c'est tout. La plupart du temps, une application de la règle des tiers dans le seul sens vertical est suffisante, comme les exemples ci-dessus le montrent : la ligne d'horizon sur un des tiers ou, dans le cas d'un portrait, le visage au tiers supérieur. S'il s'agit d'un portrait rapproché, ce sont les yeux qu'on placera au tiers supérieur de l'image.

S'obstiner à placer le sujet sur un des points forts ne peut que déséquilibrer l'image. Ou alors il faudra placer quelque chose sur un autre des points forts (idéalement le point fort opposé) afin que l'image ne paraisse pas déséquilibrée. Ce quelque chose doit bien sûr être de moindre importance que le sujet principal mais ne doit pas être insignifiant.

Du bon usage de la règle des tiers.

Le village de Véranne, dans la Loire (photo par Alain Pré) Le village de Véranne, dans la Loire (photo par Alain Pré)

Le village de Véranne, dans la Loire

Le sujet est indiscutablement le village : il est donc centré dans l'image. Cette dernière est cependant sommairement divisée en trois bandes horizontales occupant chacune un tiers de la hauteur : le ciel, le village et enfin les champs avec les arbres au premier plan. La règle des tiers est respectée.
Le clocher (qui est un élément du sujet, sans plus) a été placé à un point fort de l'image tandis qu'une grosse maison se retrouve sur un deuxième point fort : elle équilibre la photo.

Portrait composé suivant la règle des tiers (photo par Alain Pré) Portrait composé suivant la règle des tiers (photo par Alain Pré)

Sur le portrait de gauche, l'œil droit du modèle a été placé sur un des points forts de l'image, et le miroir, situé à proximité d'un deuxième point fort, équilibre l'image.
Mais est-ce l'œil ou le miroir le sujet de la photo ? Ni l'un ni l'autre : cette photo montre une femme qui se regarde dans un miroir Le sujet réel est ce regard et il est bien au centre de l'image. Si nous avions voulu placer le visage en sujet de l'image, nous aurions cadré comme sur le portrait de droite.

En effet, sur la photo de droite, le sujet est manifestement la jeune femme. La règle des tiers a été respectée : les yeux sont sur la ligne de tiers supérieure. Mais le sujet (le visage) n'a pas été placé sur un points forts, ce qui aurait déséquilibré la photo.

Que signifie le décentrement horizontal du sujet ?

Il est cependant souhaitable dans certains cas de décentrer le sujet même dans le sens horizontal. Cela crée un déséquilibre qui suggère quelque chose d'instable : on ressent que les choses ne peuvent pas rester dans cet état bien longtemps et que la situation va évoluer.

Les images avec un sujet décentré suggèrent donc de la dynamique.

Lorsque le sujet présente lui aussi une caractéristique dynamique, le décentrer sur un des points forts de l'image sera une bonne solution. Ce sera le cas par exemple pour un sportif en pleine action, un animal prêt à bondir, un véhicule en déplacement, etc.

Le radeau de la méduse (Géricault)
La situation sur ce radeau est pour le moins instable : il n'y a rien d'important au centre du tableau et le peintre a utilisé de nombreuses diagonales pour renforcer l'impression d'instabilité.
(cliquez sur l'image pour d'autres exemples de sujet décentrés)

Que signifie le sujet centré ?

Par opposition, le sujet placé au centre de l'image suggère une certaine stabilité, une situation durable, qui a peu de chances d'évoluer dans l'avenir.

En peinture, les rois sont quasiment toujours peints au centre de la toile. Si des courtisans sont représentés, ils sont disposés autour. Un peintre qui n'aurait pas respecté cette règle aurait sans doute eu quelques ennuis car cela revient à dire que le roi est dans une position instable.

Le roi boit, un tableau de Jacob Jordaens (1640)
Même en état d'ébriété, le roi est représenté au centre de la toile.
(cliquez sur l'image pour d'autres exemples de sujet centrés horizontalement)

La règle des diagonales.

Une autre règle de composition consiste à tracer une des diagonales et les perpendiculaires jusqu'aux angles opposés. Bien entendu cela fonctionne avec les deux diagonales. Les points forts obtenus avec cette méthode sont très proches de ceux de la règle des tiers.

La règle des diagonales est plus complexes à utiliser au moment de la prise de vue. On pourra la réserver aux recadrages lors du post-traitement.

Règle de composition suivant la diagonale   Règle de composition suivant la diagonale   Points forts d'après la règle de composition suivant la diagonale

Le viaduc de Pélussin (Loire) (photo par Alain Pré) Le viaduc de Pélussin (Loire) (photo par Alain Pré)

Le viaduc de Pélussin (Loire)
Le cadrage a été fait suivant la règle des diagonales : la pente du terrain sur la droite du pont suit la diagonale, et l'arche principale et dans l'axe des deux points forts de gauche.

Ruines d'un château fort, proche de Vienne (Isère) (photo par Alain Pré) Ruines d'un château fort, proche de Vienne (Isère) (photo par Alain Pré)

Ruines d'un château fort, proche de Vienne (Isère)
Ici aussi, le cadrage a été fait suivant la règle des diagonales : la pente de la colline suit la diagonale et le château se situe approximativement sur un des points forts de l'image.

Conclusion.

  • La règle des tiers dont on fait une sorte de règle universelle ne l'est pas : il existe de nombreuses autres règles pour aider à la composition d'une image. Le photographe doit d'abord déterminer ce qu'il veut dire, l'impression que doit dégager sa photo. Il pourra ensuite utiliser la règle de composition la plus adaptée.
  • La règle des tiers n'impose en aucun cas de placer le sujet sur un des points forts de l'image, donc de le décentrer horizontalement.
  • Le fait qu'il existe plusieurs règles ne donnant pas les mêmes résultats ne veut pas dire qu'on peut se passer des règles : une image n'obéissant à aucune règle de composition sera probablement difficile à lire et aura peu de chances d'être agréable à l'œil.

 

Réactions des internautes.

Christian Lesport
Christian Lesport On ne peut transgresser parfaitement que ce qu'on maîtrise à la perfection. La transgression par hasard n'est que le viol de la règle.
Yves Swartebroeckx
Yves Swartebroeckx D'accord pour transgresser une règle il faut la connaître et l'avoir intégrée. Il y a d'autres règles propres à la photo mais plus généralement en peinture le nombre d'or, la spirale d'or, les diagonale etc.. Mais comme ça fait du bien d'entendre par un pro qu'il y a autre chose que la règle des tiers... le problème c'est que les juges dans les jury des concours n'ont que ça en tête ... smile
Xavier Moreno
Xavier Moreno Je suis d'accord avec toi Yves Swartebroeckx,les 3/4 des juges n'ont que le règlement fédéral en tête pour les concours......
Louise Grolier-wetsch
Louise Grolier-wetsch Je ne l'ai toujours pas intégrée ,et je dois quand même la transgresser tous les jours, je suis donc une violeuse grrrrrrrrrrrr!!!!!!!!!!!!!!
Alain Pré
Alain Pré Un article intéressant sur le sujet, avec un titre clair : "La règle des tiers est une stupidité".
Règle des tiers
L'auteur ne mâche pas ses mots, mais à la lecture de l'article, je dois dire que je suis assez d'accord : la règle des tiers est souvent mal comprise et très souvent mal utilisée. Il faudrait peut-être que les revues d'initiation fassent un peu plus de pédagogie.
10 septembre 2017 11:55
Eric Klasen
Eric Klasen Le vrai souci, c'est pas tant la règle en elle-même. C'est que ceux qui ne les respectent pas ne le font pas consciemment pour une bonne raison, mais juste parce qu'ils cadrent à l'arrache. C'est justement là que l'article est pas mal fait : il parle de ce qu'on veut montrer, et non du principe des tiers (ou du nombre d'or ou de toute autre "règle") pour la règle en elle-même.
11 septembre 2017 00:33
Sébastien Toulouse Blanc
Sébastien Toulouse Blanc La règle des tiers existe pour pouvoir ne pas être respectée par quelqu'un qui décide de créer une composition propre.
Mais elle est bien utile aux débutants pour apprendre à ne pas centrer le sujet, erreur classique quand on débute.
Et il ne faut pas non plus dénigrer une règle. Si elle existe c'est qu'elle a des raisons d'être. Ce n'est pas une obligation de la suivre si on sait clairement ce qu'on fait, mais elle donne quand même souvent de bons résultats en terme de lecture d'image quand elle est appliquée correctement
12 septembre 2017 06:35
Alain Pré
Alain Pré L'article nous dit justement que le sujet DOIT être centré. Quand on décentre c'est que l'on veut photographier (ou suggérer) le mouvement en avant du sujet. Ce mouvement invisible devient alors le vrai sujet et on le place au centre.
Mais toutes les photos ne montrent pas un mouvement : la règle des tiers ne s'appliquent pas aussi souvent que ça, et surtout pas systématiquement.
12 septembre 2017 08:31
Orca Lorca
Orca Lorca En fait cet article n'amène rien de neuf. De nous tous qui connaissons et appliquons les règles classiques, nous cette règle dès tiers n'est pas systématique. Et les arguments utilisés dans l'article, nous les connaissons car nous connaissons la raison d'être de la règle des tiers. Et nous choisissons à chaque photo si la règle doit être appliquée. En fait ne pas la respecter c'est aussi la connaître et l'appliquer. L'article par contre n'explique pas pourquoi cette règle existe. Nulle trace d'explication scientifique par exemple (comment un œil lit une image par exemple). Pour moi, article sans grand intérêt car incomplet.
13 septembre 2017 18:52
Alain Pré
Alain Pré C'est écrit par quelqu'un qui a une formation plutôt artistique. Il n'aborde pas la question du point de vue scientifique.
13 septembre 2017 19:00
Eric Klasen
Eric Klasen Typiquement dire que l'œil est d'abord attiré par le centre, c'est faux. C'est d'abord par les visages, puis les formes humaines, puis les hautes lumières, etc...
13 septembre 2017 19:01
Orca Lorca
Orca Lorca Mais tous nos paramètres sont notre interprétation... choisir le 50 au lieu du 300, déterminer les ISO, la focale, , l'angle de prise de vue.... bref ce qui fait que nous tous réunis nous ne prendrons pas les mêmes photos avec le même sujet. Je n y ai jamais participé mais je crois que c'était un peu le principe des workshops d'Alain Pré d'ailleurs ...
14 septembre 2017 08:12
Alain Pré
Alain Pré Exactement une photo est le résultat des choix du photographe. Le problème est d'appliquer une règle juste parce quelqu'un a dit que c'était bien, sans se poser de question, donc sans faire de choix.
14 septembre 2017 09:01
Orca Lorca
Orca Lorca Mais la règle des tiers n'est pas gratuite, elle repose sur une réalité physiologique. c'est du moins comme ça qu'on me l'a presentée.
14 septembre 2017 10:15
Eric Klasen
Eric Klasen Il s'agit d'un élément culturel qui fait qu'en Occident, on regarde d'abord le tiers en haut à gauche, puis on "lit" la photo par balayages : tiers haut gauche > tiers haut droit > tiers bas gauche (on passe par le centre à ce moment là) > tiers bas droit.

Au moyen Orient, c'est le même principe mais en commençant en haut à droite. Etc.

Et c'est bien pour ça que je "râle" contre cet article. Choisir d'appliquer la règle des tiers juste parce que quelqu'un a dit que c'était ce qu'il fallait faire est aussi con que de centrer juste parce que quelqu'un a dit que c'était ce qu'il fallait faire.

C'est un choix à faire en fonction du sujet et de ce qu'on veut montrer.

Sur un bâtiment symétrique, si le sujet est le bâtiment lui-même, le centrage est parfait et le tiers est une hérésie. Si le sujet est le bâtiment dans son environnement, on aura peut-être intérêt à le décaler... Ou pas lol.

En fait, c'est le fait de condamner une pratique/règle qui me gène. Pas de dire qu'il en existe d'autres.
14 septembre 2017 11:05
Jean Pierre Saint Valery
Jean Pierre Saint Valery Les photos qui sont regardées en premier sont celles qui dérangent, parce qu'elles ne répondent pas aux règles établies. Croyez vous qu'un photographe en zone de guerre a le temps de faire tous les réglages académiques ? idem en photo journalisme. Quant aux photos "studio" que je trouve ennuyeuses, elles respectent les règles mais n'apportent rien de nouveau.
15 septembre 2017 00:19
Eric Klasen
Eric Klasen Oh mon dieu... On a affaire à un "puriste"... Mdr... No comment...

Sinon... Il y a aussi les photographes de mariage, les photographes de paysages, etc qui ont le temps de cadrer.

Ou alors eux non plus n'ont pas le droit au titre de photographe à vos yeux ?

Faut-il nécessairement risquer de se prendre une balle pour pouvoir se dire dire photographe ?
15 septembre 2017 08:27
Jak Ez
Jak Ez Un dossier complet qui ouvre bien des portes. La composition doit être une de nos préoccupations constantes, mais au moment de photographier elle ne peut être que intuitive, car nous sommes aux prises avec des instants fugitifs où les rapports sont mouvants. Ce n'est pas moi qui ai dit ça, c'est Cartier Bresson wink
17 juillet 2018
Alain Pré
Alain Pré Il y a photo et photo. Cartier Bresson ne faisait pas de studio. En ce lieu magique, quand on rate l'instant décisif, on recommence. smile Ceci dit, même en studio la composition, disons le cadrage, doit être intuitif car il y a tellement d'autres choses à penser.
17 juillet 2018
Fa Delorme
Fa Delorme Des explications claires avec lesquelles je suis tout à fait d'accord. Un cadrage judicieusement choisi facilite la lecture de l'image et renforce l'intention du photographe.
17 juillet 2018
Pierre-Alain Calderara
Pierre-Alain Calderara Et il y à des photos ou il faut la règle des 3 et il y en d'autre non. Comment appliquer cette règle à ces maisons à part l'eau et le ciel et encore, mettre le clocher décentré, mais c'est fait. Pour moi très belle composition. Photo école.
18 juillet 2018
Alain Pré
Alain Pré La photo que tu vois ici est celle choisie par Facebook pour illustrer l'article mais il y a des exemples plus approfondies dans l'article lui même.
18 juillet 2018

La loi européenne sur les cookies nous oblige à informer nos visiteurs que, comme la plupart des sites internet, nous utilisons des cookies et traceurs. En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'infos.